AUTRES TEXTES

Les 5 textes suivants sont tirés du dossier de presse fait en Novembre 1989 lors de la remise en la Sorbonne de la croix d’officier de la légion d’honneur au Professeur GUBERINA

    Hommage au Professeur P. GUBERINA
    Les travaux du professeur P. GUBERINA
    Appareillages et traitements
    Les appareils nécessaires à la méthode
    Discours de madame GENDREAU-MASSALOUX

    HOMMAGE AU PROFESSEUR P. GUBERINA

    Le Professeur P. GUBERINA, dont nous célébrons aujourd’hui le jubilé de son Doctorat, est une personnalité d’une envergue exceptionnelle dans les domaines de la Linguistique et de la Phonétique.

    Sa thèse : " Les propositions complexes ", soutenue en 1939 à l’Université de Paris, marque un tournant capital dans les recherches syntaxiques et stylistiques. Rompant à la fois avec la tradition philosophique classique et avec la syntaxe sémantique de " la Pensée et la Langue " de F. Brunot, elle introduit dans la grammaire les valeurs nouvelles de la linguistique de Prague : celle des deux niveaux d’analyse (grammaticale et " psychologique " de Karcewskij) et les valeurs situationnelles et modales de Ch. Bally.

    Dans l’étude des propositions complexes, P. GUBERINA a très finement montré qu’il y a toujours dans la parole réelle une tension, voire un conflit entre structure morphosyntaxique, interprétation sémantico-logique, et attitude de l’énonciateur face au message. C’est l’opposition entre ce que l’auteur appelle " le sens subjectif " et " le sens objectif ". P. GUBERINA a été un grand devancier des théories modernes de l’énonciation et de la pragmatique des valeurs discursives : pour lui, la langue véritable, c’est l’ensemble des actes de langage, " la vive voix " dans laquelle le locuteur est entièrement impliqué.

    On comprend donc facilement que cette démarche ait par la suite décidé de toute l’orientation de ses recherches, dont les deux pôles les plus importants sont universellement connus :

    - Les recherches phonétiques sur la perception de la parole, illustrées par la méthode SUVAG de la perception optimale, devenue aujourd’hui un grand classique.

    - Les recherches sur l’étude des langues orales aboutissant à l’élaboration, avec les professeurs Gougenhim, Sauvageot, et Rivenc, du " Français fondamental " et à la création des méthodes audio-visuelles " structuro-globales ". Le terme même de " structuro-global ", surprenant à l’époque, définit bien les bases de cette nouvelle dialectique : l’apprentissage des structures de la langue orale, mais l’apprentissage dans un contexte " global " qui insère la démarche dans l’ensemble des situations réelles où se trouvent engagés les sujets parlants.

    Tous ces apports ultérieurs, tous ces développements, sont déjà présupposés dans cette remarquable thèse de jeunesse et témoignent de la constance et de l’étonnante fécondité d’une pensée unique en son genre.

    René GSELL,
    Professeur à l’Université de la Sorbonne Nouvelle.
    Directeur du Laboratoire de Phonétique
    et de l’U.S.A. 1027 du C.N.R.S.
    Secrétaire Général Honoraire
    du International Permanent Council of Phonetics Sciences.

    HAUT DE PAGE


    LES TRAVAUX DU PROFESSEUR GUBERINA DANS LE DOMAINE DE LA REEDUCATION SENSORIELLE

    Il est difficile en quelques lignes de résumer l’œuvre immense du Professeur GUBERINA dans le domaine de l’Audiophonologie. Incontestablement ses conceptions marquent un tournant dans l’histoire de la surdité.

    Partant de l’apprentissage des langues étrangères, le Professeur GUBERINA s’est penché sur la prise en charge de l’enfant sourd puis l’aide que l’on peut donner à l’adulte. Le maître mot est la démutisation de l’enfant sourd pour favoriser sa progression et son insertion sociale puis professionnelle. Pour cela, trois principes de base :

    - La rééducation se fait par l’éducation auditive et non par un travail de position articulatoire dans la zone bucco-labiale.

    - La macro-moticité du corps favorise la micro-motricité de la parole. L’acte de la parole met en jeu de nombreux muscles et des coordinations très complexes. Les mouvements de l’ensemble du corps synchronisés et corrélés avec l’émission vocale alors que l’enfant bénéficie d’une amplification au casque favorisent l’apparition des phonèmes, puis des mots et des phrases chez l’enfant. Le mouvement n’est plus utilisé dès lors que la parole est acquise au bout de plusieurs années de travail.

    - L’amplification utilisée au cours des séances de rééducation est basée sur l’utilisation de filtres qui modifient le message et l’amplifient de façon sélective, ceci pouvant se faire en respectant la continuité des différentes fréquences du grave à l’aigu ou dans certains cas, en privilégiant une discontinuité et donc des fréquences éloignées l’une de l’autre dans le champ auditif. A cette notion de filtrage, il faut ajouter le principe dans la verbo-tonale de privilégier les fréquences graves, en général les mieux conservées dans le champ auditif du sourd.

    L’audiométrie verbo-tonale va avoir pour principe d’évaluer le champ optimal du sourd, c’est à dire la zone du champ auditif où il structure le mieux son audition. Le champ optimal est évolutif, partiellement bien entendu, et donc l’audiométrie verbo-tonale va plutôt tester les potentialités restantes que le constat de l’amputation d’une partie du champ auditif. Le but de la rééducation est d’élargir ce champ optimal progressivement vers les fréquences aiguës les plus mal perçues par le sourd, ceci bien évidemment de façon partielle.

    Les rythmes phonétiques constituent une des bases de la prise en charge de l’enfant sourd : rythme corporel et rythme musical les plus classiques auxquels sont venus s’ajouter ultérieurement le graphique phonétique, le tactilo-phonétique, etc. Le travail dans le cadre de ces rythmes phonétiques permet à l’enfant d’acquérir très progressivement une démutisation dans un contexte agréable et un peu ludique. Le travail corporel est généralement bien accueilli par l’enfant et les comptines chez les tout-petits sont généralement très appréciées.

    Mais la Verbo-tonale ne se limite pas à la prise en charge de l’enfant sourd et le champ d’application s’est progressivement étendu. Un certain nombre d’aspects de la Verbo-tonale peuvent être utilisés chez les multi-handicapés, sourds psychotiques ou devenus sourds-aveugles par exemple. Dans un domaine tout différent, la Verbo-Tonale a des applications dans la plupart des domaines de l’audiophonologie : bégaiement, retard de parole, retard de langage, etc.

    Aussi l’œuvre du Professeur GUBERINA a-t-elle constitué un grand tournant dans l’acquisition de la langue orale par le sourd et dans toute l’audiophonologie.

    Docteur J. Coll
    Président de l’Association des Praticiens de la Méthode Berbo Tonale

    HAUT DE PAGE


    APPAREILLAGES ET TRAITEMENTS

    Le système verbo-tonal du Professeur P. GUBERINA est constitué d’un ensemble de moyens de diagnostics, de méthodes et de procédés pédagogiques étroitement reliés entre eux, et à des appareils spécifiques : les SUVAG.
    La Société S.E.D.I. –titulaire de licences exclusives du Professeur GUBERINA- ne peut limiter son rôle a assurer l’évolution technologique des appareils et à leur commercialisation, elle doit aussi s’impliquer dans des actions d’informations d’initiations, voire de formation à la méthode verbo-tonale.

    Cette implication nécessite une collaboration confiante, sans cesse accrue, non seulement avec le Centre SUVAG de Zagreb, mais aussi avec tous les établissements français et étrangers qui appliquent les théories du Professeur GUBERINA.

    L’expérience professionnelle des établissements, la pratique journalière de la méthode et l’analyse des résultats constituent autant d’éléments précieux qui permettent à la S.E.D.I. d’orienter ses recherches lors de la mise au point de nouveaux matériels basés sur les principes définis par le Professeur GUBERINA.

    Cette précieuse coopération qu’a su créer la S.E.D.I. grâce au soutien total du Professeur P. GUBERINA a permis un développement théorique en même temps qu’économique.

    A ce jour la S.E.D.I. qui réalise 70% de son chiffre d’affaires à l’exportation, dans vingt-six pays différents, est le premier exportateur français de matériel pour faciliter l’audition aux sourds. Dans le monde, environ 500 centres ou établissements, dont 110 en France, utilisent des appareils SUVAG.

    HAUT DE PAGE


    LES APPAREILS NECESSAIRES A LA METHODE :

    Les appareils " SUVAG " mis au point par GUBERINA et son équipe, et brevetés, utilisent les données du système verbo-tonal. Ils sont construits de manière à puiser dans le handicap lui-même (c’est à dire dans les caractéristiques de l’audition de l’oreille déficiente) les ressources de sa rééducation. Ces appareils présentent trois caractéristiques essentielles. :

    A/ ils permettent de faire varier les différentes composantes structurales des sons (fréquence, intensité, temps) et ainsi l’utilisation du champs optimal (1) individuel.

    Dans le plupart des précédents systèmes, le son était utilisé comme adjuvant et non comme moyen principal de communication. Les appareils jouaient sur l’intensité du son, l’amplification du signal. C’est ce que l’on fait systématiquement, en criant pour parler à un sourd. Or, l’augmentation d’intensité peut être douloureuse (2) pour les sourds et n’élargit pas leurs capacités de discrimination de la parole.

    L’objectif est de transmettre le son de telle manière que l’enfant perçoive dans son " champ optimal auditif ". Dans la bande totale de l’audition humainement perceptible (16 à 16 000 Hertz), il s’agit des " plages " dans lesquelles existent des " restes auditifs ". Ce champ optimal qui correspond au recensement précis de ces zones d’audition, permettent de différencier le plus facilement les sons de la parole.

    B/ Ces appareils permettent la transmission des fréquences graves. Celles-ci sont très importantes parce que :

    Les pertes d’audition affectent principalement les fréquences aiguës (sourd profond en particulier). Or, comme la méthode consiste à agir sur les zones encore sensibles à l’audition, il est essentiel d’avoir accès à des fréquences graves, refuge habituel des " restes auditifs ".

    Avec l’aide des SUVAG, il est possible de travailler à l’élargissement progressif du champ optimal pour amener l’intéressé à différencier le son de la parole, dans un champ de fréquences plus étendu que l’initial. On se rapproche ainsi peu à peu de l’audition directe par l’oreille sans manipulation des sons.

    Cette rééducation (plus ou moins longue) débouche sur des possibilités plus efficaces de prothétisation.

    Société S.E.D.I. (Service Européen de Diffusion des Inventions)
    Société Anonyme au Capital de 1 100 000 Francs.
    Siège Social : 17 Beauvallon Centre, Chemin de Morgiou, 13009 MARSEILLE Tél. (04) 91 40 37 40
    e-mail : sedi-suvag@pacwan.fr
    Date de Création : Juin 1961
    Directeur Général : Alain BENVENISTE.
    Objet social : Diffusion des appareils électroniques SUVAG destinés à la rééducation selon le système Verbo-Tonal du Professeur GUBERINA.

    HAUT DE PAGE


    DISCOURS DE MADAME GENDREAU-MASSALOUX, DIRECTEUR DE L’ACADEMIE DE PARIS, CHANCELIER DES UNIVERSITES

    Monsieur le Ministre, Monsieur le Professeur, Mesdames, Messieurs,

    Les Universités de Paris et la Sorbonne rendent parfois hommage à de grands professeurs étrangers. Elles n’ont pas si souvent, en revanche, l’occasion de célébrer la multiplicité de liens humains, culturels, éducatifs qui font de cette circonstance une grande fête, tant vous exprimez, Monsieur le Professeur, à travers votre personne et à travers votre action, ce qu’il y a de meilleur dans les relations entre deux lieux culturels, ceux de votre pays, dont Monsieur l’Ambassadeur est ici avec vous le représentant, et ceux de ce lieu-ci, chargé d’histoire, où nous nous trouvons, et même les relations entre nos deux pays.

    Vous avez œuvré dans la continuité d’une méthode, celle du structuralisme, celle de votre recherche, mais aussi dans une pluralité de directions qui a donné leur vitalité aux échanges auxquels vous avez participé, aux recherches que vous avez conduites et que vous conduisez, aux progrès dans l’action, qui sont votre œuvre, qui ont été votre œuvre.

    Pour ce qui est de l’éducation, c’est la didactique du français langue étrangère qui bénéficie quotidiennement de vos travaux. Pour ce qui est de la recherche, c’est l’institut de phonétique de l’Université de Paris III, qui s’est lui aussi grandement trouvé conforté par les apports de votre science.

    Pour ce qui est de nos Sociétés, c’est le sujet essentiel, -et que notre Ministre viendra ici célébrer avec nous dans un instant- de l’application de vos recherches à la réinsertion des déficients sensoriels qui se trouve aujourd’hui rehaussés et mis en lumière. Et c’est à ces divers titres que j’ai plaisir à vous accueillir et à, décrire ici brièvement, d’autres le feront mieux, un ensemble d’activités qui me semblent surtout n’avoir connu trêve, et aujourd’hui encore, prendre leur sens et leur vigueur.

    La Sorbonne aujourd’hui répercute l’écho d’initiatives déjà prises par l’Université de Zagreb par l’Académie yougoslave qui, à l’occasion de votre jubilé, ont déjà célébré vos recherches.

    Ce n’est pas que formel ; entre ces institutions, grâce à vous, se sont nouées des relations d’amitié, et s’est recréée une véritable connivence qui, de longue date d’ailleurs, relie l’institution universitaire présente en ces lieux, la Sorbonne, à votre pays. Ces liens remontent aux origines mêmes de l’Université de Paris. Dans les anciens registres des étudiants qui fréquentaient la Montagne Sainte-Geneviève, on relève déjà des noms venus des pays danubiens, de l’Esclavonie, de l’Illyrie, des Balkans. Après la création de l’Université de Zagreb, et de celle de Belgrade, les échanges universitaires ont relayé les voyages et les circuits d’antan et beaucoup d’universitaires yougoslaves, à partir de la fin du XIXe siècle, ont pu légitimement considéré la Sorbonne comme leur maison. Ils y ont travaillé, ils y ont enseigné. Cette coopération a engendré, engendre encore, des recherches communes dans de nombreux domaines physique nucléaire entre Paris XI et l'Institut Rudjer Boskovic de Zagreb, slavistique, avec de grands enseignants comme Louis Léger, André Mazon, André Vaillant qui ont consacré leur œuvre à des écrivains yougoslaves, et travaux aussi d’universitaires yougoslaves sur des écrivains français, et en particulier ce qu’à conduit sur Balzac Midhat Bejic, premier titulaire de la chaire de littérature et de civilisation yougoslaves de la Sorbonne. Bien d’autres travaux encore font des universités de votre pays comme de la Sorbonne de véritables pôles européens capables de préfigurer les nouveaux contours d’une Europe en mutation, en extension, en redéfinition.

    Vous serez demain, Monsieur le Professeur, présents au cœur de ce qui peut mieux encore amener nos universités à partager les trésors de notre culture commune ; vous apporterez aux tâches du futur ce que vous avez déjà apporté aux relations du présent, votre souci des langues, votre soucis du partage de l’éducation, votre souci des personnes.

    Monsieur le Professeur, je suis très heureuse que cette distinction vous soit remise ici et maintenant.

    HAUT DE PAGE

[Présentation] [Petar Guberina] [Chronologie] [Autres textes]


Pour toute question particulière, n’hésitez pas à prendre contact directement avec nous :
S.E.D.I. siège social au 17 Beauvallon Centre, Chemin de Morgiou, 13009 Marseille, France.
E-mail : sedi@suvag.com
Téléphone : (33) (0) 4 91 40 37 40 / Fax : (33) (0) 4 91 40 64 65